Brève : Flamme

Publié le par Alundra

B-M


L'oiseau au vol de coton s'embrase, embrasse mon cœur enflammé, la flamme éternelle de tes yeux éphémères. Yeux éphémères aire du plaisir, ère de contemplation. Prenons, prenons le temps de la contemplation. Tournons, tournons le long de nos corps allongés. Nos corps enlacés, notre fort protégé, notre amour partagé qui roule et roule le long des collines herbées. Un amour de flamme, un oiseau qui s'embrase, des lèvres qui s'embrassent, des doigts qui se croisent. Lois de la braise, fraises des bois sur notre chemin. Fraises des bois et roses éphémères. Ton regard éphémère, mais une romance immortelle, danse charnelle. La rose tombe, elle tombe en transe et la danse qui tourne, tourne, flamme tourbillonnante. Et l'oiseau embrasé vole, comme notre flamme s'envole, comme ma muse prend son envol.

Publié dans Textes

Commenter cet article